Bridges go round – Shirley Clarke (1958)

8 mn

Bridges-Go-Round (1958) saisit de manière rythmée et musicale les ponts de Manhattan, et  se rapproche du cinéma expérimental.

Shirley Clarke tint une place primordiale dans le cinéma indépendant américain contemporain : celle de praticienne et de figure de référence. Elle réalisa des films et des bandes vidéo, mais réfléchit aussi sur sa pratique et encouragea ceux qui voulurent suivre sa voie, notamment par l’enseignement qu’elle dispensa à l’école du cinéma de l’université de Californie (U.C.L.A.) à partir de 1976.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s