Morse – Tomas Alfredson (2009)

Suède – EN ENTIER – VF – 110 mn

Oskar est un adolescent fragile et marginal, totalement livré à lui-même et martyrisé par les garçons de sa classe. Pour tromper son ennui, il se réfugie au fond de la cour enneigée de son immeuble, et imagine des scènes de vengeance. Quand Eli s’installe avec son père sur le même pallier que lui, Oskar trouve enfin quelqu’un avec qui se lier d’amitié. Ne sortant que la nuit, et en t-shirt malgré le froid glacial, la jeune fille ne manque pas de l’intriguer… et son arrivée dans cette banlieue de Stockolm coïncide avec une série de morts sanglantes et de disparitions mystérieuses. Il n’en faut pas plus à Oskar pour comprendre : Eli est un vampire. Leur complicité n’en pâtira pas, au contraire…

Du site Krinein :

« Éventons tout de suite le faux suspense. De toute façon, ce n’est pas vraiment un suspense vu que Morse a été primé au Festival de Gérardmer, on se doute qu’il y a du fantastique là-dessous. Eli est un vampire. Les vampires sont en général totalement glamour, vêtus de noir, voire d’une ample cape, l’air mélancolique avec un regard chargé du poids des siècles, et dont le seul but est de boire le sain calice sanguin d’une douce et innocente jeune fille (les jeunes filles sont toutes douces et innocentes). Parfois le côté monstrueux, animal ressort quand le vampire oublie son côté humain pour se délecter, un sourire aux lèvres, de l’abominable breuvage rouge. Ici Eli ressemble à une jeune fille de 12 ans, souvent revêtue d’un pyjama. Le cercueil dans lequel le vampire dort est pour le moins original. Morse n’hésite pas à passer outre le fatras gothique accompagnant généralement : pas de regard de braise venu du passé, pas de vêtements en cuir à la Underworld, pas de crucifix brandis contre le monstre. Seul la presque habituelle histoire d’amour, un amour impossible évidemment, subsiste encore et toujours. Oskar et Eli, tous les deux solitaires, se lient vite d’amité avant que de nouveaux sentiments émergent. Mais quand quand la faim prend le vampire, une faim d’ailleurs assortie de jolis gargouillis dansMorse, le monstre ressurgit, brisant l’espoir né de l’amour.

Froid, neige et sang

L’école de la vieMais ce qui surprend le plus dans ce film, c’est que du début à la fin, il n’a rien d’un film vampirique conventionnel. Au contraire, son esthétique et son rythme tiennent plus du film d’art et d’essai que du film d’horreur. La Suède enneigée des années 80, véritable linceul recouvrant traces et preuves, et ouatant la nuit d’un silence salvateur, donne à Morse une atmosphère particulière, où les couleurs froides et la tristesse règnent en maîtres. Le réalisateur se plait aussi dans de longs plans artistiques, filmant pendant de nombreuses secondes la neige qui tombe ou les arbres couverts de neige, secoués par le vent. Il laisse ainsi le film se dérouler sans heurts, tout en fluidité… Seules les attaques d’Eli secouent cet univers tranquille. Et secouent la vie d’Oskar. Pour lui, l’arrivée du vampire est l’occasion de se libérer de ses jeunes agresseurs, de sa famille même. Le petit enfant est en train de devenir adulte. Il y a d’ailleurs une certaine tension sexuelle entre Oskar et ce vampire qui semble avoir 12 ans (mais qui est certainement plus âgé), et on peine à connaître la relation entre Eli et son « père ». Apparemment le livre dont est tiré le film va encore plus loin dans cette idée, puisqu’il aborde de front la pédophilie. Mais sans doute le sujet était trop délicat pour le cinéma.

Morse, en adoptant une forme plutôt originale, propose une vision plutôt inhabituelle du mythe du vampire, loin des clichés gothiques, sans s’éloigner de ce qu’est un vampire : une créature tiraillée entre une humanité oubliée et une monstruosité difficile à assumer. Mais surtout c’est l’histoire d’un enfant libéré par une histoire d’amour ambiguë. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s