Animated soviet propaganda (coffret 2007) – 1ère partie : « Les impérialistes américains »

Russie – EN ENTIER

En 2007 est sorti le coffret Animated soviet propaganda dont l’un des buts est « de préserver des archives de propagande soviétique non seulement pour les historiens, mais aussi pour des générations d’artistes et d’amoureux de l’art visuel à travers le monde. Les œuvres des artistes russes enterrés par le totalitarisme du 20ème siècle et la Guerre Froide ne doivent être ni oubliées, ni perdues… »

Quatre thématiques principales sont abordées, réparties donc sur 4 dvds : « Les impérialistes américains », « Les barbares fascistes », « Les requins capitalistes », « Vers un avenir brillant : le communisme ». Il est possible de voir les extraits des courts métrages d’animation inclus dans les courts documentaires associés sur chaque dvd; c’est une bonne entrée en matière pour peut être mieux cerner des aspects des courts métrages. Chaque film évoqué est en entier, et il faut reconnaître que le coffret est bien agencé en terme d’usage pratique.

En tout cas une formidable initiative que cette anthologie, tant les archives valent le détour, et pas seulement que pour un aspect historique et documentaire. Comme il a été découvert et travaillé par une universitaire au début des années 2000 à propos de l’animation tchèque (Julie Charnay, que j’ai recroisé il y a peu), je pense qu’on peut carrément ne pas voir ces films que sous leur aspect ouvertement politique, et que d’autres choses ressortent. Il y a un rapport plus complexe à établir avec ces films, et plus généralement ceux des cinématographies de l’Europe de l’Est.

Je poste ci-dessous les courts métrages sous-titrés en anglais, de la 1ère partie, « Les impérialistes américains », la seule que j’ai vue à ce jour, mais je me réserve la suite pour un de ces 4, disposant du coffret dans ma dvdéthèque perso ! Non seulement ce sont des découvertes, parfois étonnantes, mais en plus ça donne envie de creuser sur l’animation soviétique, pas seulement pour ses aspects de « propagande ». Je précise que ce coffret est en principe aisément commandable en catalogue de médiathèque, n’hésitez pas à susciter son achat…

Pour la présentation plus complète et critique de l’ensemble du coffret, je renvoie à cette page de DVDanime.net.

 

Black and white – I. Ivanov-Vano et L. Amalrik – 1933 – 3 mn

Chef d’oeuvre !

« Film inspiré d’une oeuvre de Vladimir Mayakovsky, écrit pendant son voyage aux USA et à Cuba, à propos d’un pauvre noir, Willie, qui ose affronter un propriétaire blanc d’une plantation. Le racisme aux USA et la Guerre du Viêt Nam deviendront un sujet populaire de la satire d’animation soviétique des années 1950 aux années 1970″ (Site anglophone, traduction approximative de ma part). C’est ici une des premières œuvres dIvan Ivanov-Vano (petite biographie sur wikipedia) et Leonid Amalrik. Tous deux sont devenus par la suite des réalisateurs aussi prolifiques qu’influents. Ce court-métrage est un bijou, qui révèle une réalité incontestable et avec une manière très marquante. Deux minutes 30 assez terribles, en particulier cette route parsemée de noirs pendus, comme un écho à la sublime chanson de Billie Holliday où les noirs sont pendus aux arbres (superbe version avec clip sous titré ICI). Ici le racisme est perçu comme nettement institutionnel, au-delà du racisme citoyen. Quant à la musique, elle est tout simplement superbe : Motherless Child, un negro spiritual composé aux États-Unis avant l’abolition de l’esclavage de 1865.  (Pasolini incluera ce chant dans L’Evangile de Matthieu, version d’Odetta).  

 

Mister Twister – A. Karanovitch – 1963 – 16 mn

Basé sur une poésie populaire pour enfant de Samuel Marshak, Anatoly Karanovitch réalise ici un film ciblant le racisme américain, associé également au capitalisme. Le ton y est humoristique,  après une introduction assez virulente. A noter aussi l’influence esthétique ici des dessins animés américains produits par le studio UPA, qui a popularisé au début des années 40 la technique dite « animation limitée » où le décor non réaliste et la stylisation des personnages dominent. Cette forme d’animation permettait notamment une économie des coûts.

 

 

Une autre voix (Someone’s else voice) –  I. Ivanov-Vano – 1948 – 9 mn

Le film traite ici du jazz, considéré comme un ennemi du peuple. Il est associé au capitalisme.

 

 

Ave Maria – I. Ivanov-Vano – 1972 – 10 mn

Ce film évoque la guerre américaine au Vietnam, à travers une position clairement anti-américaine, mais aussi antimilitariste. Il évoque également l’Église qui a une influence sociale active et malveillante; ce n’est pas la première fois chez Ivanov-Vano, qui l’a déjà évoqué malveillante dans Black and white, évoqué plus haut. La musique est extraite d’Ave Maria de Schubert.

 

 

Le Millionnaire – V. Bordzilovsky et Y. Prytkov – VOSTFR – 1963 – 10 mn

Film anti-fric, qui dresse le portrait d’une société où l’argent et sa place sont les seules conventions qui comptent. Noter tout de même ici l’usage d’un rythme jazz dans la bande son, qui rend le rapport à la culture américaine moins tranché, plus complexe.

 

 

Le Champ de tir (Shooting range) – V. Tarasov – 1979 – 21 mn

Une grosse satire du capitalisme, dans ce court métrage également très fou et qui marque également par cet aspect ! Là aussi, usage du jazz, qui colle bien à l’esprit dingue du film.

 

 

M. Wolf – V. Gromov – 1949 – 10 mn

Basé sur les dessins du caricaturiste politique renommé, Boris Yefimov, qui est interviewé dans une partie du DVD. Pétrole et avidité ici..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s