Violences policières/sécuritaires, crimes racistes et injustices : films/videos

Cela remonte à quelques mois où il était question sur le blog de films-vidéos militants diffusés via la toile, et concernant des thématiques peu abordées par le cinéma commercial. Je m’intéresse beaucoup à ces pratiques qui tranchent avec les images et sons du pouvoir, et des circuits commerciaux. Des structures se font actrices/relais de ces initiatives de création vidéo militante (collectifs, associations, syndicats…), sans en faire un gagne pain (mais nulle intention ici de jeter la pierre aux productions-diffusions  qui contribuent à un certain cinéma en marge de la production de masse; il s’agit juste de rappeler la démarche ici nullement « carriériste » et plutôt entièrement articulée à une cause). C’est ainsi que nous avions vu une interview avec René Vautier où celui-ci s’interroge sur le devenir de la censure et des possibilités engendrées par les accessibilités actuelles aux moyens de création vidéo et de sa diffusion.

Ces films sont articulés à des luttes actuelles, réalisés par les premier-es concerné-es, où « nous prenons en main l’image » plutôt que la confier aux seuls médias. En plus de donner d’autres sons de cloche, ces films contournent également le silence et l’indifférence générale (et l’autocensure) à propos d’évènements, résistances, prises de paroles et autres existences dans l’espace public. Ils constituent également une mémoire. C’est ainsi qu’il fut question de tels films disponibles sur la toile à propos des lois sur le voile et l’islamophobie ambiante (ICI), des chômeur-ses et précaires (ICI) ou encore, par exemple, du mouvement Yo soy 132 au Mexique (ICI). Des manières de construire d’autres regards et de relayer des luttes et résistances. Nous pourrions ainsi enchaîner sur la lutte des sans papiers (qui reprend de plus belle en ces temps de ValLSe des étrangers-e), ou encore sur les quartiers populaires soumis aux coups de grue et expulsions (plus ou moins directes) au nom de la « rénovation urbaine ». Certains de ces films sont diffusés également via des projections publiques, tandis qu’un travail d’archivage/sauvegarde est parfois entrepris, à l’instar de l’agence IM’média, qui effectue un véritable travail de mémoire autour des immigrations et luttes de quartiers, dépassant le seul slogan militant, où la culture (la musique, le cinéma…) y a sa place pas seulement comme illustration des combats politiques.

Nous abordons ici quelques vidéos consacrées aux violences policières, et plus notamment aux crimes racistes de l’ordre républicain. Les médias en parlent peu et justifient en général les assassinats commis, tout en relativisant les faits par des termes tels que « bavure », « incident », « autodéfense »… Toute une terminologie que remet en cause les films dont je poste les liens ci-dessous. Des films qui donnent la parole aux et par les acteurs-actrices des résistances et des efforts menés pour une justice vis à vis des crimes racistes et sécuritaires accomplis par la police; ce sont souvent les proches des victimes qui animent les collectifs et contribuent aux vidéos par leurs témoignages. Les vidéos ne sont pas de simples slogans, et donnent également à partager la douleur des proches, le sentiment d’injustice, l’indifférence générale, la fatalité que cherche à imposer la « justice »… soit quelque chose de palpable et de concret qui ne se veut pas de la simple animation militante et du jargon, en manque de sensation, pour se faire plaisir et soulager une conscience et aboutir à du superficiel contestataire purement formel.

Au-delà des assassinats policiers et de la revendication nécessaire d’une véritable justice punissant les auteurs, il y est aussi question d’un certain racisme institutionnel (tel les rouages de la « justice »), de conditions de vie dans les quartiers populaires, de l’éternelle impunité policière (quel que soit le crime : viol de prostituée, crime raciste, répression de mouvement social…)… L’exigence de justice va aussi dans le sens d’une transformation de la société. Un autre angle de vue que celui adopté, par exemple, par une fiction mettant à l’honneur l’humanité des policiers, en guise de propagande dans les quartiers populaires : je recommande à cet égard la chronique de la gazette Le Père Projo à propos de la diffusion de Juste police d’Olivier Maréchal. C’est disponible ICI sur le site Lille 43000, avec la contribution de Mister Bertoni, rédacteur de chroniques de films sur ce même site.

En guise d’introduction, je renvoie à un extrait du film Douce France, la saga du mouvement beur de Mogniss Abdallah (1993), publié par l’Agence IM’Media sur You tube. Ce film, dont je n’ai malheureusement pu voir que cet extrait à ce jour, revient sur l’histoire des quartiers populaires, cités et banlieue, en utilisant des images d’archives saisissantes. Il établit une filiation des luttes et questionne leurs mémoires, au regard de la société aujourd’hui. A la fin de l’extrait, nous en venons aux assassinats policiers et à ses victimes, à travers les « Folles de la place Vendôme« … Un extrait coup de poing, qui interroge, fait acte de mémoire et remet nettement en cause les visions aberrantes (de gauche comme de droite) des mobilisations de quartiers, souvent réduites à du « communautarisme », de « l’identité en crise »… pour mieux exprimer un paternalisme nocif qui ne dit pas son nom.

 

La liste de crimes policiers est malheureusement longue. A la « lumière » de récents passages en justice (ou à venir), voici donc quelques films, qui ne peuvent que trouver écho au film de Mogniss Abdallah. Ce dernier vient par ailleurs de publier le bouquin Rengainez, on arrive ! et dont je recommande l’intéressante interview ICI sur Med’in Marseille: « Je considère au contraire l’expression culturelle comme un élément constitutif de l’action publique, c’est pourquoi je parle d’action « politico-culturelle ». Je dirais même que les discours politiques de circonstance passent le plus souvent aux oubliettes, alors que la création politico-culturelle davantage en phase avec l’émotion profonde des gens imprègne durablement les mémoires. Elle participe aussi très concrètement aux dynamiques internes des mobilisations, comme on a pu le voir avec les révolutions arabes. »

1) Comité Hakim Ajimi – Hakim Hajimi – 2013 – 15 mn

« Rassemblement en mémoire de Hakim afin de relayer les mobilisations fait par sa famille et son comité de soutien. Rappel : Les 7 policiers impliqués dans la mort d’Abdelhakim Ajimi condamnés par le Tribunal de Grasse à des peines de prison avec sursis, ont fait appel devant la Cour d’Aix-en-Provence. L’audience aura lieu lundi 14 et mardi 15 janvier 2013. Le Comité Vérité et Justice pour Abdelhakim Ajimi organise une mobilisation à Aix-en-Provence. »

Avec une BO qui prend sens, nous sommes ici en pleine actualité d’un assassinat policier impuni, avec une mobilisation EN COURS. Cette vidéo rappelle les faits, fait intervenir des témoins, donne à voir la construction de la résistance et l’exigence de justice…

 

2) Arezki Semache, en collaboration avec le Comité Vérité et Justice pourAli Ziri – Ali Ziri, vie et mort d’un chibani – 2010 – 26 mn

« Ali ZIRI, un retraité algériens de 69 ans, mort à la suite d’une arrestation policière à Argenteuil. »

FILM EN ENTIER ICI SUR DAILYMOTION

Par ailleurs, le collectif réalise des vidéos rendant compte des mobilisations (tout en y appelant), soit effectuées en lien avec la situation d’injustice qui se perpétue. Par exemple ICI. Voici ce que communique dernièrement le collectif Vérité et Justice pour Ali Ziri : « Nous nous permettons de rappeler qu’une ordonnance de non-lieu a été rendue dans l’affaire Ali Ziri, retraité algérien de 69 ans mort en juin 2009 suite à des violences policières lors de son interpellation à Argenteuil. Non lieu incompréhensible pour la famille et le Collectif Vérité et Justice pour Ali Ziri, en effet,en dépit d’expertises accablantes, en 3 ans d’enquête il n’y a eu ni reconstitution des faits, ni audition par un juge des policiers impliqués et des témoins. C’est pourquoi nous vous donnons RDV devant la Chambre de l’instruction de la Cour de Versailles. L’audience aura lieu Jeudi 17/01 à 9H, Cour d’appel de Versailles 5 rue Carnot à Versailles. « 

3) Citizen Nantes – Vies volées contre les violences policières – 2012 – 8 mn

« Témoignage de Ramata Dieng du Collectif Vies Volées dans le cadre d’une journée organisée par le Collectif du 10 Mai sur le thème « Le Code Noir ou la déshumanisation de l’homme noir ». Nantes, le 6 octobre 2012« 

VIDEO EN ENTIER SUR DAILYMOTION

Montage à partir du témoignage de la soeur de Lamine Dieng, assassiné par des policiers en 2007. Le Comité Vies Volées « est la volonté de réunir les familles afin de briser l’isolement et de lutter ensemble pour obtenir réparation : vérité, justice ».

4) Vérité et Justice pour Jamal – Vérité et Justice pour Jamal – 2012 – 10 mn

« Vidéo réalisée par les membres du Collectif Vérité & Justice pour Jamal autour des mobilisations du 13 octobre 2012 en mémoire de Jamal Ghermaoui (Ayr), tué en octobre 2011 dans sa cellule du mitard de la maison d’arrêt des Hauts-de-Seine.« 

Témoignant là aussi de la mobilisation en cours, des éclaircissements peu ou pas relayés par les médias sont apportés par les proches et les personnes engagées dans le collectif. Une articulation avec la vie de quartier est également abordée, en particulier sur la fin, où est notamment mentionnée la politique de rénovation urbaine ANRU. Encore une vidéo qui se démarque d’un engagement superficiel. Il est question de véritable élan populaire enraciné dans le quartier, autour de l’exigence de justice pour Jamal et de résistance collective vis à vis des violences et intimidations policières, sociales imposées dans le quartier du Luth de Gennevilliers. Des extraits de débat public avec les habitants sont insérés dans le montage, ce qui tranche également avec la vidéo spectaculaire où ne fleurissent que les slogans. La nécessité de réappropriation du quartier témoigne aussi d’un engagement de terrain, en lien avec le quotidien et le vécu, dépassant l’éphémère d’une cause « à la mode » mais ô combien vitale. Une autre vidéo a été réalisée par le collectif en avril 2012, avec là encore des prises de paroles importantes :

5) Samir et Mogniss Abdallah/ Agence IM’média – Cité Gutenberg – 1985 – 8 mn

« Le 23 octobre 1982, Abdennbi Guémiah, 19 ans, est mortellement blessé par balle alors qu’il rentrait chez lui, cité Gutenberg à Nanterre. Il décèdera le 6 novembre. Sa famille et ses amis se mobilisent aussitôt avec une grande dignité pour honorer sa mémoire, restituer toute sa personnalité et pour que justice soit rendue. Le 1er février 1985, son meurtrier, un habitant des pavillons voisins, est condamné à 12 ans de réclusion criminelle.
Simultanément, l’ensemble des habitants se mobilisent pour leur relogement dans des conditions décentes. Toutes les familles seront relogées. Le mouvement s’étendra à l’ensemble des cités de transit de la banlieue Nord-Ouest de Paris, tandis que les familles des victimes des crimes racistes ou sécuritaires se regroupent au niveau national…« 

L’Agence IM’media a partagé récemment un de ses nombreux témoignages filmiques sauvegardés en guise de mémoire des luttes. En le voyant, nous ne pouvons échapper à une filiation entre cette réalisation et les précédentes vidéos actuelles qui témoignent, malheureusement, d’une continuité des violences policières et autres injustices. L’injustice d’un crime raciste impuni et aussi les résistances sont abordées, autour de l’exigence de justice, et des luttes du comité de quartier, menées par les premiers et premières concerné-es.

30 ans après, la mémoire d’Abdenbi Guemiah perdure et hante toujours le lieu… et les mobilisations sont nécessaires. Pour ne pas oublier et ne plus subir les injustices. Mémoire et luttes actuelles sont étroitement associées. Des films qui s’inscrivent dans cette dynamique, où les paroles et témoignages prennent place à défaut d’être entendus, pour le moment, par la « justice ». Où tout un fonctionnement social est amené à être combattu.

POST SCRIPTUM : 

Concernant Akim Ajimi, voici un compte-rendu vidéo (et écrit) du procès en appel des responsables de sa mort, ICI sur Med’in Marseille (17 janvier 2013). Par ailleurs, un texte du Collectif Angles Morts a été publié ICI sur le site internet Etat d’exception.

 De nombreux autres crimes (encore) impunis auraient pu être listés dans ce post, malheureusement…

Publicités

5 réflexions sur “Violences policières/sécuritaires, crimes racistes et injustices : films/videos

  1. Bonjour, le film DOUCE FRANCE, la Saga du Mouvement beur, 69 mn – 1993, de Mogniss H. Abdallah est disponible en DVD dans son intégralité via l’agence IM’média ( agence.immedia@free.fr ). Il est aussi régulièrement programmé ici et là. Prochaines séances prévues : le 30 janvier 2013 en soirée au Remouleur, 106 rue Victor Hugo à Bagnolet, le 27 février au Lieu Dit, rue Sorbier Paris 20è (dans le cadre de la semaine anticoloniale) et fera partie de la programmation de la Caravane prévue par AC le feu à travers la France entre avril et décembre 2013…

    • Merci pour toutes ces précisions. Très bonne nouvelle que le documentaire circule via des projections publiques (et dans des thématiques également bien pertinentes). Je comptais vous contacter un jour pour justement m’informer quant à l’existence (ou non) d’un support DVD en vente. Un peu la dèche ces temps-ci (bon, comme souvent), mais nul doute que lors d’un prochain passage en région parisienne je vous contacte pour l’achat du DVD.

  2. Pingback: Videos/films et rénovations urbaines plus ou moins récentes | citylightscinema

  3. Pingback: Commémoration de la Marche pour l’égalité 1983 | citylightscinema

  4. Pingback: Souvenir de Grasse – Jean Jacques Beryl (1973) | citylightscinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s