Manifeste de Santa Fe (TEXTE) – Fernando Birri (Argentine)

Dans la foulée d’autres textes/manifestes postés dans la rubrique appropriée sur le blog, et notamment en rapport avec le cinéma latinoaméricain des années 60-70, je glisse ci-dessous le Manifeste de Santa Fe rédigé par Fernando Birri, figure incontournable du cinéma argentin et latino-américain. Influencé par le néo-réalisme italien, Birri a étudié à Rome dans les années 50, comme Garcia Espinoza (Cuba) ou encore Gutierrez Alea (Cuba), et considère Zavatini comme référent, scénariste très important du néo-réalisme italien (d’un film tel que Le voleur de bicyclette de V. De Sica, à partir de la 9ème mn sur le lien). Birri est un des pionniers des nouvelles déclinaisons du cinéma latino-américain des années 60, à travers « le documentaire social ». Le présent manifeste a été publié dans L’école documentaire de Santa Fé (fondée par Birri lui-même), en 1964. Un écrit qui témoigne d’une part de l’articulation très forte à « la réalité », qu’il ne suffit pas de décrire mais d’en changer le regard, et d’autre part d’un certain engagement, en ce sens, du cinéma documentaire. Un avant-goût, avant de découvrir quelques films de Fernando Birri… (et de prolonger les découvertes des cinémas documentaires latinoaméricains).

« Le sous-développement est une donnée incontestable de l’Amérique latine, y compris de l’Argentine. C’est un fait économique et statistique. L’expression «sous-développement » n’est pas une invention de la Gauche; des organisations « officielles » internationales (ONU) et latino-américaines (OEA, CEPAL, ALALC) l’utilisent couramment dans les textes de leurs rapports et de leurs plans. Ils ne peuvent pas ne pas l’utiliser.

Les causes qu’ils servent sont bien connues : le colonialisme qui s’exerce depuis l’extérieur de l’Amérique Latine et à l’intérieur de ses frontières. Le cinéma de nos pays reprend à son compte les caractéristiques générales de cette superstructure, de cette société, il en assume tous les mensonges. Il donne une image fausse de notre société, de notre peuple, il escamote le peuple : il ne donne pas une image du peuple. En donner une sera un premier pas positif : c’est la fonction du documentaire.

Quelle image du peuple le cinéma documentaire offre-t-il ? Il ne peut faire autrement que donner une image fidèle à la réalité. (Telle est la fonction révolutionnaire du documentaire social latino-américain). En témoignant de cette réalité – de cette sous-réalité, de ce malheur – il les conteste. Il les renie. Il les dénonce. Il les juge, les critique, les démonte. Car il montre les choses telles qu’elles sont, d’une manière irréfutable, et non pas comme nous voudrions qu’elles soient. (Ou comme – de bonne ou de mauvaise fois – on voudrait nous faire croire qu’elles sont).

Le documentaire trouve un contrepoint à cette contestation dans l’affirmation des valeurs positives de notre société: les valeurs du peuple. Sa force, son travail, ses joies, ses luttes, ses rêves. Conséquences – et raisons d’être – du documentaire social : la connaissance, la conscience, la prise de conscience de la réalité. Mise en problématique. Changement : d’une vie qui n’en est pas une à la vraie vie. Conclusion : disposer une caméra face à la réalité et la documenter, documenter le sous-développement. Le cinéma qui se rend complice du sous-développement est un sous-cinéma. »

La Escula Documental de Santa Fe, Documentos del Instituto de Cinematografía de la Universidad Nacional del Litoral, Rosario, Argentina, 1964, pp. 12-13.

 

Publicités

2 réflexions sur “Manifeste de Santa Fe (TEXTE) – Fernando Birri (Argentine)

  1. Pingback: La moda del documental de creacion (La mode du documentaire de création) – Ernesto Ardito | citylightscinema

  2. Pingback: Jorge Preloran : films pour l’Université Nationale de Tucuman (1965-69) | citylightscinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s