Préhistoire et réalisations audiovisuelles

Je viens de découvrir un excellent retour en video sur le 1er Festival du Film de Préhistoire de Pech Merle de juillet 2012 et dont il a été question ICI sur le blog.

La video qui suit (15 mn) revient sur l’importance de la réalisation audiovisuelle autour de l’archéologie et de la Préhistoire, ainsi que sur sa diffusion, à travers des propos des membres du jury de cette première édition du Festival (préhistoriens, journaliste, documentaristes…) et festivaliers.

En 15 mn, plusieurs axes sont développés, parfois plus ou moins abordés lors de quelques chroniques du blog consacrés à des films archéologiques (voir CETTE rubrique) : dépasser le formatage télévisuel et ce seul canal de diffusion; diversité des approches; dimensions scientifique, pédagogique et/ou poétique; relais des opérations de terrain avec l’archéologue et différents chercheurs (je serais tenté de rajouter « les fouilleurs et fouilleuses » qui sont le plus souvent dans l’ombre et relégués à de simples opérateurs dénués de passion et d’intérêt archéologique, sans qui les avancées et la « survie » archéologiques ne seraient pas possibles)…

Bref, une video très pertinente, relayant bien les problématiques des films d’archéologie dans leur diversité, avec une nécessité de création dépassant non seulement les risques d’un formatage laissant peu de place aux débats scientifiques et les différentes hypothèses de recherche, mais aussi les approches exclusivement scientifiques; sur ce dernier point il est intéressant de noter à quel point il est recherché, parfois, un équilibre entre science/archéologie et approche poétique, d’auteur, sans trahir l’une ou l’autre de ces approches.

Nous apprécierons au passage :

Rob Hope (voir ICI sur le blog) et sa présentation de la genèse de ses documentaires qui découle souvent de lectures de publications archéologiques, soit un gros travail de documentation. Il y rajoute une volonté d’accessibilité au grand public, tout en précisant son approche privilégiée de l’environnement naturel dans lequel a émergé l’Homme dans les différentes périodes de son histoire (Sapiens, Neandertal…). Rappelons ici que Rob Hope réalise des documentaires à petit budget, tout en développant des approches originales, mêlant science et démarche d’auteur.

– Pedro Lima qui souligne le danger de certains documentaires « très bien construits » mais qui livrent UNE vision de « vérité » sans transmettre les doutes et débats en cours dans la communauté scientifique. Je renvoie par exemple à la chronique ICI du blog où deux documentaires sont confrontés quant à l’évolution de l’Homme, et la particularité du premier, par exemple, à être « très bien construit » mais ne relayant pas (ou peu) les débats en cours et consistant à véhiculer UNE vision unique et superficielle de l’histoire de l’Homme, sans nuances (ou très peu). Pedro Lima rappelle à juste titre l’existence de diverses théories quant à l’évolution de l’Homme…

– les nombreuses interventions de Jean Vaquer qui fait par exemple  un p’tit point sur l’importance de l’image dans la Préhistoire, en établissant une relation de l’image entre l’univers préhistorique et notre ère présente. Ce souci de l’image a notamment été pris en compte par un documentaire qui fut diffusé à cette édition 2012 de Pech Merle : Le génie Magdalénien, Grands maîtres de la préhistoire de Philippe Plailly et Pierre-François Gaudry, qui y obtint d’ailleurs le Prix du Public (documentaire en entier sur ICI sur dailymotion). Nous pourrions songer également, ce qui se fait ici par le prisme de l’image, à Rob Hope et au lien qu’il créé à travers l’environnement naturel.

– les importances soulevées par la diffusion et l’interaction avec le public, ainsi l’exprime par exemple une des membres du jury, par ailleurs organisatrice de l’Icronos de Bordeaux. Pierre Pétrequin aborde « le message social d’interprétation de la Préhistoire« . Un aspect qui rappelle que l’archéologie ne doit pas relever que de la consommation, de type objet spectacle (songeons aux voracités médiatiques, par exemple, autour de tel ossement humain retrouvé, dépouillé de tout contexte archéologique et orientations de recherches et apports des appréhensions du passé dans leurs nuances). L’archéologie se doit d’être vivante, et pas coupée du grand public, sans réduire ce dernier à une position d’avalement des « vérités », malgré la complexité des recherches qui nécessite de la pédagogie et une certaine vulgarisation, mais aussi une clarification des nuances et des débats. Sur ce dernier point, le réalisateur David Geoffroy précise son ignorance relative dans le domaine scientifique, et qu’il compose en s’appuyant sur les scientifiques tout en déclinant sa propre approche, sans trahir la science. D’où qu’il parle de « regards croisés« .

– les problématiques posées par l’émergence de la création documentaire autour de l’archéologie. Ainsi Pierre Pétrequin qui souligne la difficulté, parfois, des tentatives de films improvisés, sans plan préétabli, sur le terrain de la fouille, ne donnant lieu à qu’à peu d’intérêt auprès des chercheurs du moment. Ou encore Francis Duranthon qui pose l’articulation de la science et de la démarche d’auteur.

Précision concernant le Festival du film de Préhistoire de Pech Merle : la bonne nouvelle est qu’une deuxième édition se profile pour juillet 2014 ! Le mot de la fin pour Rob Hope  » Amener tous ces documentaires concernant la Préhistoire depuis deux ou trois ans dans un seul Festival, un endroit sublime et une idée superbe, tout simplement. »

Publicités

3 réflexions sur “Préhistoire et réalisations audiovisuelles

  1. Pingback: Le cinéma scientifique de Jean Painlevé | citylightscinema

  2. Pingback: Brigitte Senut la dame aux fossiles – Philippe Ayme (2012) | citylightscinema

  3. Pingback: Le geste et la parole (André Leroi-Gourhan) – Paul Seban ( | citylightscinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s