Roger Agache et l’archéologie aérienne (reportages)

« Je crois que ça a été l’apport premier des recherches en Picardie, qui était de montrer qu’avec un simple appareil photographique on pouvait. C’est pas les appareils photographiques qu’il faut améliorer, c’est ceux qui s’en servent. Le problème c’est d’essayer de voir ce que les autres n’ont pas vu. »

« La terre garde en mémoire les traces de l’occupation humaine depuis des millénaires. A certains moments, à certaines heures cette mémoire réapparaît (…) C’est la mémoire de la terre »

Roger Agache

A la lumière de la première citation qu’on pourrait presque lire comme des propos d’un cinéaste, Roger Agache a apporté un nouveau regard en archéologie.

Amateur passionné puis plus tardivement de formation de préhistorien, il est un des pionniers en France de l’archéologie aérienne. Alors que dans les années 50 la photographie aérienne est déjà développée en Grande Bretagne en lien avec les recherches archéologiques, Agache affirmait – du moins dans un reportage relayé plus bas – que c’est peut être en partie son antimilitarisme qui l’a incité à s’intéresser à la prospection aérienne : à savoir que la photographie aérienne ne pouvait se réduire à un usage militaire et à être la spécialité des lectures de l’armée.

Artisan de la prospection aérienne dans le Nord de la France, Roger Agache a débuté cela avec des moyens photographiques fort modestes. Il a surtout amené un nouveau regard. Sa connaissance de cette partie de la France l’a guidé en partie, bien qu’il a fallu du temps et de la pratique pour mettre en place progressivement une méthodologie. Il a non seulement régulièrement cheminé le sol rural du nord, en Picardie surtout, mais il a aussi mis à contribution les connaissances de terrain des travailleurs de la terre, avec qui il avait des proximités dès son enfance, ayant vécu en partie chez ses grands parents habitant un village picard. Une proximité indissociable de son travail de prospection en fin de compte, à l’antithèse des regards des spécialistes et décideurs cantonnés à la technologie et aux bureaux, aveugles à la terre et à sa vie.

« En hommage à ces vieux paysans picards et à leurs ancêtres qui cultivaient passionnément la terre au lieu de l’exploiter, à ces paysans d’autrefois dont le labeur incessant avait façonné un paysage profondément humanisé, harmonieux, équilibré, fait d’une sagesse agraire millénaire, mais aujourd’hui livré aux saccages des barbares de notre temps : les technocrates, les promoteurs, les chasseurs de profit. »

Roger Agache

Les liens vidéos qui suivent reviennent donc sur Roger Agache, ses apports en archéologie aérienne et quelques principes de cette dernière, à défaut de véritable documentaire réalisé à ce jour. Décédé en 2011, il  a en tout cas révolutionné l’observation archéologique de la terre. Que ce soit dans ses propos ou les images tirées de ses observations, on sent une certaine poésie qui s’en dégage en plus de l’objectif scientifique.

 

Roger Agache ou la passion de l’archéologie aérienne (émission TV de Thierry Bonte) – 26 mn – 1986 

Réalisé en 1986 pour la télévision, ce reportage est très intéressant notamment pour les propos de Roger Agache. Il est question de la genèse de son approche et de ses réflexions sur l’observation de la terre, du déroulement du travail de prospection, de la croisée des approches, des apports de l’archéologie aérienne, du chamboulement de l’archéologie par ses implications … Cela aurait pu être un reportage ennuyeux chargé en méthodologie glaciale de l’archéologie aérienne, mais il n’en est rien; il amène bien les enjeux et les problématiques, et la place tenue par les propos d’Agache n’y est pas étrangère. On appréciera au passage, par exemple, le rappel à propos de l’archéologie classique qui se construit par la destruction de ce qu’il nomme « les archives de la terre« . L’archéologie aérienne est de nature différente, tout en étant complémentaire de l’archéologie classique (et réciproquement).

Le reportage pose aussi une réflexion sur le patrimoine archéologique. Agache annonce aussi l’apport du satellite à l’avenir. Il ne se trompait pas et de nos jours, par exemple, le Mexique a mis en place un coûteux projet de détection par satellite des sites Mayas (situés dans et sous la jungle… ), avec  une estimation énorme du pourcentage de sites non fouillés, et sans doute non sans conséquences dans de futures approches étatiques du patrimoine préhispanique .

Il reste à voir ce que l’archéologie aérienne conserve avec le temps d’un Roger Agache et de son caractère passionné, si elle ne se perd pas dans ses seuls atouts technologiques de plus en plus performants et dans un cloisonnement entre spécialistes, dans les bureaux de gestion de patrimoine par exemple, vis à vis des gens d’en bas. Pour en revenir au Mexique, certains autodidactes passionnés en restent modestement à une espèce de semi-prospection, soit un catalogue-répertoire de plus de 200 sites mayas et ce sans les moyens scientifiques du satellite qui les survole en ce moment même : voir ICI sur le blog.

 

 Archéologie aérienne : Roger Agache – 7 mn – Années 2000

Un reportage des années 2000, où une petite synthèse se fait quant aux débuts de Roger Agache en archéologie aérienne. Les propos de ce dernier tiennent encore une large place et on y retrouve quelques similitudes, à deux décennies d’intervalle. La réflexion poétique liée à la terre, à l’archéologie aérienne et aux traces humaines conclue l’ensemble.

 

Jean Pierre Baux – Archéologie aérienne , une nouvelle technique – 26 mn – 1979

« Présentation des différents types d’indices révélateurs des vestiges archéologiques arasés dans les grandes plaines de l’Artois et de la Picardie. Méthodes (conditions d’apparition des tracés, choix des moments favorables aux survols) et résultats (typologie, inventaire et cartographie des structures archéologiques), découverte de l’implantation rurale gallo-romaine (villas, sanctuaires, vicus). »

Cette réalisation a associé Roger Agache pour les aspects scientifiques. Les images sont superbes, et les implications de l’archéologie aérienne y gagnent beaucoup en méthodologie et découvertes, en plus d’enchaîner des exemples saisissants accompagnés d’une musique dégageant une atmosphère particulière en phase avec les vues aériennes.

VISIBLE EN ENTIER ICI SUR CANAL-U TV

Enfin, un site internet du Ministère de la culture est consacré à l’archéologie aérienne dans le nord de la France, et donc à travers surtout les apports de Roger Agache pour lequel on y trouve une biographie. Le site fait le point sur la méthodologie, les découvertes etc et est accessible ICI.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s