Studenski grad (1964) et Izrazito ja (1969) – Jovan Jovanovic

Jovan Jovanovic – Deux courts métrages

Jovan Jovanovic – acteur dans Le Décaméron de Pasolini (1971) –  est un cinéaste serbe surtout réputé pour Jeune et frais comme une rose qui a été réalisé en 1971 et sujet à une censure (officieuse) de 35 ans puisqu’il ne ressortira qu’en 2006. Or le court métrage Izrazito ja apparaît comme une sorte de préquel à ce long métrage et a lui aussi été censuré, jusque 1990.  D’ailleurs Jovanovic a cumulé les censures car son court métrage documentaire Studenski grad, réalisé dans le cadre de ses études en 1964, a été interdit par l’Académie de Théâtre, Cinématographie, Radio et de Télévision (une des facultés de l’université de Belgrade devenue ensuite faculté des Arts dramatiques).

Studenski grad – 1964 – 16 mn – VO non sous-titrée

Le film est situé dans le quartier résidentiel de l’université de Belgrade (« studenski grad » = « la ville étudiante »). Cette cité universitaire dite « le nouveau Belgrade » fut construite dans la période 1949-1955 et a été refaite dans les années 80-90. Ici le cinéaste introduit et termine le film en montrant un lieu sale, soit un aspect qui fut condamné en commission universitaire; cette saleté incarne une réalité étudiante à contre-courant de l’optimisme officiel. Je n’ai pu trouver de sous-titres et le contenu du film échappe donc en partie pour qui ne comprend pas le serbo-croate. Mais on devine qu’il est aussi question de précarité étudiante. Comme d’autres cinéastes de la vague noire et bien qu’à ma connaissance il ne se soit jamais réclamé de ce « mouvement », en traitant d’une facette sombre de la vie étudiante Jovanovic prenait aussi le parti de montrer une réalité absente du cinéma le plus officiel (films de partisans glorieux etc). Voilà qui annonçait d’éventuels soulèvements bien qu’officiellement « tout va bien ». Car en 1968 des manifestations étudiantes éclatent en Yougoslavie et les plus importantes sont à Belgrade, où l’université sera en grève sept jours. Dans une période de chômage important et dont témoigne plus ou moins directement des films de la vague noire (par exemple le petit documentaire Les chômeurs de Zilnik en 1968 ou Le réveil du rat de Pavlovic en 1967), l’égalité sociale faisait partie des revendications étudiantes. Dans une interview de 2012, Jovanovic dit de ce film qu’il a prédit 1968 « en disant que le jeune homme n’a aucune chance dans la société socialiste ». 

 

Izrazito ja – 1969 – Yougoslavie – 35 mn

Un jeune homme erre sans but dans les rues de Belgrade, tout en commentant ironiquement le monde qui l’entoure.

Produit par la Dunav film (un studio de Belgrade) et l’Académie Théâtre, Cinématographie, Radio et de Télévision (faculté des arts dramatiques), c’est le film de fin d’études de Jovanovic qu’il a réalisé, scénarisé et monté lui-même. Aleksandar Petrovic, un fameux cinéaste de la vague noire qui avait débuté à la FAMU en Tchécoslovaquie, tient alors la chaire de mise en scène de la faculté et il est mentionné dans le générique. En 2012, Jovanovic affirme que ce film « dit que la jeunesse urbaine ne croit pas aux idéaux titistes« .

(pour voir le film avec sous-titres anglais : télécharger la video ICI, les sous-titres ICI)

 

 

Advertisements

2 réflexions sur “Studenski grad (1964) et Izrazito ja (1969) – Jovan Jovanovic

  1. Pingback: Jeune et frais comme une rose – Jovan Jovanovic (1971) | citylightscinema

  2. Pingback: Courts métrages documentaires à la Neoplanta Film – Zelimir Zilnik (1967-71) | citylightscinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s