Benoît Broutchoux, anarcho-syndicaliste CGT, Nord-Pas-de-Calais (1879-1944) – CNT Vidéo

« Au début du 20° siècle, Benoît Broutchoux fut un véritable héros populaire dans le bassin minier du Pas-de-Calais. Anarcho-syndicaliste et co-fondateur du syndicat CGT des mineurs, il se bagarra sans trêve contre l’ordre des compagnies minières et la mollesse des socialos réformistes. Militant original et gouailleur, Benoît Broutchoux anima en 1906 la grande grève qui suivit la catastrophe de Courrières et ses 1100 victimes. Benoît Broutchoux fut aussi un défenseur avant l’heure de la « libre maternité » « .

Pour en savoir sur Benoît Broutchoux, il y a ce site qui lui est consacré…

Publicités

Cuba : révolution dans la révolution – CNT secteur vidéo (2012)

EN ENTIER – 50 mn

Présentation du livre « Cuba : révolution dans la révolution » paru récemment aux éditions CNT-RP (cf. note de lecture ci-dessous) : vidéo enregistrée le 25 mai 2012 à la Maison de l’Amérique Latine (Paris) à l’occasion de la conférence-débat organisée à l’initiative de l’association « Terre & Liberté » avec la participation des éditions CNT-RP.

 

FILM EN ENTIER ICI SUR DAILY MOTION

 

Note de lecture, publiée sur le site CNT secteur vidéo :

« Le livre de Miguel Chueca, Karel Negrete et Daniel Pinós – intitulé « Cuba : révolution dans la révolution » et paru récemment aux éditions CNT-RP – vise à faire connaître aux lecteurs français les divers protagonistes du mouvement contestataire cubain puisque, à côté des écrits issus de certains des soutiens dont il dispose hors de l’île, la plupart des textes recueillis ici procèdent de Cuba même, de sa gauche hétérodoxe, sociale et libertaire. Les promoteurs de cet ouvrage n’ont pas souhaité s’en tenir au seul domaine de la réflexion politique et c’est pourquoi, outre des essais consacrés à la critique des « réformes » en cours à Cuba après l’effacement de Fidel Castro ou à l’exposition de propositions programmatiques en faveur d’un socialisme démocratique et participatif, on trouvera ici des textes relatifs aux questions du racisme et de l’homosexualité à Cuba, à la charge subversive des nouveaux courants musicaux (rap et hip-hop), à l’introduction des cultures génétiquement modifiées ou encore à l’étonnante impulsion donnée par le régime à la construction de terrains de golf pour millionnaires. Ces textes sont dus principalement aux activistes regroupés autour de l’Observatoire critique de la Révolution cubaine, un vaste réseau qui inclut des militants de tendances diverses, socialistes d’obédience marxiste et socialistes libertaires, écologistes radicaux, etc., qui sont parvenus à coexister dans le respect de leurs différences. Malgré les difficultés inhérentes à l’existence d’un régime profondément autoritaire, les uns et les autres tentent depuis quelques années déjà de présenter une critique raisonnée du régime en place et d’œuvrer à ce que l’après-castrisme ne ressemble pas, ou ressemble le moins possible, à ces divers « modèles » – ou plutôt « contre-modèles » – qui, en Russie, en Chine et ailleurs, ont remplacé les régimes abusivement et improprement appelés « communistes » par les porte-parole de l’ordre (capitaliste) établi. »