Corvéables – Matthieu Quillet (20O9)

EN ENTIER – 25 mn (format mini DV)

Sur l’exploitation des sans papiers maliens autour de Montreuil et le rôle de Bouygues et des grandes entreprises dans cet esclavage moderne. + Extrait d’Afrique 50 de René Vautier.

 

 

Afrique 50 – René Vautier (1950)

EN ENTIER – 17 mn

 

La cinémathèque française : « Considéré comme le premier film anticolonial français, Afrique 50, réalisé par René Vautier en 1950, a longtemps été interdit. La Cinémathèque française tire aujourd’hui des copies neuves de ce classique qui n’existait plus que sur des supports endommagés.

Ancien résistant et fraîchement diplômé de l’IDHEC, René Vautier répond en 1949 à une commande de la Ligue de l’enseignement. A un film censé porter sur les bienfaits des missions éducatives de la France en Afrique, il répond par un pamphlet cinglant contre la colonisation. Les négatifs sont confisqués mais René Vautier, avant d’être emprisonné, sauve quelques bobines de la commission de censure qui lui permettront de monter son film.

La disparition des négatifs originaux, ainsi que les conditions illégales de diffusion du film pendant plusieurs décennies, ont contribué à la dégradation des rares copies existantes. Les nouveaux tirages sont issus d’un internégatif aujourd’hui fragilisé, lui-même réalisé à partir d’un élément positif et conservé à la Cinémathèque de Bretagne.

Après ce premier film, René Vautier poursuit toute sa vie une carrière de cinéaste militant. Il s’engage entre autres contre le capitalisme et le patronat (Un homme est mort), le racisme en France (Les Ajoncs, Les Trois cousins), poursuit sa dénonciation du colonialisme (Avoir vingt ans dans les Aurès) et donne la parole aux femmes (Quand les femmes ont pris la colère, coréalisé avec Soazig Chappedelaine). Il fait tourner Claudia Cardinale pour la première fois en 1956 (Anneaux d’or), participe aux groupes Medvedkine et publie ses mémoires en 1998, Caméra citoyenne, livre aujourd’hui épuisé.

Le nouveau tirage d’Afrique 50 s’inscrit dans un travail de sauvegarde de l’œuvre de René Vautier que la Cinémathèque française a entrepris avec sa fille Moïra Chappedelaine-Vautier en 2007. La rétrospective Bruno Muel (cinéaste, producteur, écrivain, chef opérateur et proche de Vautier) avait alors révélé la nécessité de tirer de nouvelles copies du court-métrage Les Trois cousins(1970), qui n’était plus projetable. Puis, en 2008, à l’occasion d’une journée d’études sur René Vautier organisée en partenariat avec la Cinémathèque française, deux copies neuves du film Les Ajoncs sont tirées. Il a déposé les négatifs de ces deux films, conservés depuis dans les collections de la Cinémathèque française.

Avec Avoir vingt ans dans les Aurès (1972) aujourd’hui invisible sur une bonne copie, Afrique 50 est l’un des films incontournables du cinéma français que notre institution se devait de préserver. »

Documentaires – Santiago Alvarez (Cuba)

« Je suis un pur produit du sous-développement accéléré »Santiago Alvarez

Formé aux USA, Santiago Alvarez retourne à Cuba en 1942. Il intègre le parti socialiste cubain où il milite activement pour la destitution de Batista. À la création du premier réseau national de radio-télédiffusion cubain, Santiago Alvarez est appelé à y réaliser des programmes musicaux avant d’être associé à la fondation de l’ICAIC, l’Institut cubain de l’Art et de l’industrie cinématographique où il prend en charge, dès le début des années 60, le département des actualités, le Noticiero. Pour réaliser les bandes d’actualité (il en a fera plus de 70 !), Santiago Alvarez bénéficie des outils disponibles à l’ICAIC, obsolètes pour la plupart, de peu d’archives, et les moyens financiers dont il dispose ne lui permettent pas d’élaborer un réseau de correspondants étrangers ou de former des cinéastes ou des reporters peu nombreux dans le Cuba des années 60. Il se lancera pourtant dans une entreprise qui dépassera largement le cadre du seul Cuba et dont l’ambition était de donner à tous les peuples d’Amérique latine des nouvelles du mouvement de libération qui gagnait alors le monde. Tournant avec des caméras lourdes peu adaptées au reportage, puisant sans vergogne dans les images diffusées par les réseaux d’informations internationaux, photographies de presse, dessins animés ou encore clips hollywoodiens, travaillant la matière même de ces images pour mieux les détourner, collant, superposant, intégrant textes et images graphiques, Santiago Alvarez réinvente le documentaire d’actualité. Nécessairement affranchis des formats et des normes d’usage, souvent trop longs et parfois trop courts, ses films laissent libre cours à l’argument (politique et esthétique) à travers un montage insolite et un usage approprié de la musique.  

Son style épique, énergétique et pamphlétaire a inspiré celui de nombreux cinéastes et collectifs engagés : The Newsreel, Fernando Solanas, Octavio Getino et Cine Liberacion, Chris Marker, Slon et les groupes Medvedkine, Godard et le groupe Dziga Vertov, et dans les années 2000 Travis Wilkerson, auteur d’un précieux portrait de Santiago Alvarez ainsi que d’essais visuels anti-capitalistes (An Injury to One) et anti-impérialistes (Our National Archive). Jean-Luc Godard lui dédie le chapitre 2b des Histoire(s) du cinéma, « Seul le cinéma », en 1997.

 

Now ! – 1965 – 5 mn

« Souvent décrit comme l’un des premiers vidéo-clips, ce court-métrage incendiaire de Santiago Álvarez est uniquement constitué de photographies et de bouts de séquences d’actualité. Tout le génie du montage apparaît dès les premières secondes, dans la manière de lier les images au rythme de la chanson de Lena Horne ».  Éclats et soubresauts d’Amérique latine. 

 

Solidaridad Cuba y Vietnam – 1965 – 10 mn

 

Hasta la victoria sempre – VO –  1967 – 19 mn

Images de la vie de celui qui reste le symbole de l’engagement révolutionnaire : Che Guevara.
« Le montage, tant de l’image que de la bande-son, naît de l’urgence quotidienne du travail, naît de l’instinct d’attraper la réalité telle qu’on la comprend, et non telle qu’on la voit, de la nécessité de synthèse. »

 

Hanoi Martes 13 – 1967 – 38 mn 

La vie et la résistance des Vietnamiens sous les bombardements américains. Texte de José Marti.

 

La guerre oubliée – 1967 – 19 mn

Lutte de libération du peuple du Laos.

 

LBJ – 1968 – 18 mn

Lyndon B. Johnson, politiques des années 60.

 

79 Primaveras – 1969 – 24 mn

Retour sur Ho Chi Minh, mort récemment. 

 

El tigre salto mato pero morira… morira – 1973 – 16 mn

Témoignage de la lutte du peuple chilien au travers de la figure du chanteur Victor Jara, brutalement assassiné par la junte fasciste.

 

Nuevo Tango – 1973 – 25 mn

Année 1973 : l’Argentine vit le retour de la démocratie, suite au succès du Dr. Hector Cámpora aux élections. 

 

La guerra necesaria – V0 – En entier (en 4 parties) – 1980 – 110 mn

 

 

Le film La mémoire cubaine revient sur Santiago Alvarez et les noticieros ICAIC. Réalisé par la cubaine Alice de Andrade, ce film permet de redonner toute l’importance des noticieros, à travers la figure d’Alvarez : en trente ans, plus d’un millier de noticieros furent tournés à travers le monde par des équipes de cinéma cubaines. Tous les foyers de luttes de libération de la planète furent couverts par ces « actualités ». Alice de Andrade : « La production en film ne permettant pas de toucher le spectateur dans l´immédiateté des informations, les Noticieros ont dû relever le défi et devenir des œuvres à part entière, avec des propositions idéologiques et stylistiques, dotés d´une durée de vie plus importante et d´objectifs plus ambitieux » Pour Alice de Andrade, cette collection de 1493 films « est un trésor merveilleux. Il a fallu 30 ans pour la créer, il en faudra au moins 10 pour la sauver(…). Restaurés ou en copies d´origine – parfois miraculeusement bien conservées, tâchées, raillées ou déchirées -, rarement en couleurs, mais fanées et rongées par des champignons, ces images d´archives ne perdent toutefois rien de leur force. Ce film voudrait quelles soient redécouvertes et puissent prouver leur besoin de survivre ».

Ouverture du documentaire (2010 – 70 mn) :

 

Pour finir, un texte de Santiago Alvarez :

Art et engagement

Par Santiago Alvarez

Un homme ou un enfant qui se meurt de faim ou de maladie de nos jours, cela ne peut être un spectacle qui nous fait attendre que demain ou après-demain, la faim et la maladie disparaissent par simple gravitation. Dans ce cas, l’inertie est complicité, le conformisme est de mèche avec le crime.

Il s’ensuit que l’angoisse, le désespoir, l’anxiété, soient des ressorts inhérents à toute motivation de tout cinéaste du Tiers Monde. Les craintes que le caractère immédiat, l’urgence, la dynamique d’un processus comme le nôtre et du monde en général lestent, blessent les possibilités de création de l’artiste, craintes encore assez vastes, ils ne cessent pas d’être dans une certaine manière, de préjugés contre la possibilité de créer des oeuvres d’art qui peuvent être considérées comme des armes de combat.

Dans une réalité si agitée comme la nôtre, celle du Tiers Monde, l’artiste doit se faire violence, doit être porté avec lucidité vers une tension créative dans sa profession. Sans préconcepts, ni préjugés qui produisent une oeuvre artistique de moindre valeur ou inférieure, le cinéaste doit aborder la réalité avec hâte, avec anxiété. Sans se proposer de “rabaisser” l’art ni de faire de la pédagogie, l’artiste doit communiquer et contribuer au développement culturel de son peuple ; et sans cesser d’assimiler les techniques modernes d’expression des pays hautement développés, il ne doit pas se laisser porter par les structures mentales des créateurs des sociétés de consommation.

Il serait absurde de nous isoler des techniques d’expression étrangères au Tiers Monde, de ses apports précieux et indiscutables au langage cinématographique, mais confondre l’assimilation de techniques expressives avec des modes mentales et tomber dans une imitation superficielle de ces techniques, n’est pas souhaitable (et pas qu’au cinéma). Il faut partir des structures qui conditionnent le sous-développement et les particularités de chaque pays. Un artiste ne peut, ni doit oublier cela, lorsqu’il s’exprime.

La liberté est nécessaire à toute activité intellectuelle, mais l’exercice de la liberté est en relation directe avec le développement d’une société. Le sous-développement, sous-produit impérialiste, noie la liberté de l’être humain. Le préjugé, à son tour, est sous-produit du sous-développement ; le préjugé prolifère dans l’ignorance. Le préjugé est immoral, parce que les préjugés attaquent injustement l’être humain. Pour les mêmes raisons, la passivité, le conformisme et la bulle intellectuelle sont immorales.

Arme et combat sont des mots qui font peur, mais, le problème est plus dans se fondre dans la réalité, au rythme de ses pulsions… et d’agir (comme cinéaste). Ainsi on a moins peur des mots chargés de contenus péjoratifs, avec lesquelles le créateur s’est souvent aliéné. Il faut récupérer des concepts de positions face à la réalité et l’art dégénérée des déformations bureaucratiques. La crainte de tomber dans ce qui est apologétique, lorsqu’on voit l’engagement du créateur, de son oeuvre, comme une arme de combat en opposition à l’esprit critique consubstantiel avec la nature de l’artiste, est seulement une crainte irréelle et parfois pernicieuse. La critique à l’intérieur de la Révolution et la critique à l’ennemi, sont toutes les deux des armes de combat pour nous, puisqu’en définitive elles ne sont que des variétés d’armes de combat. Cesser de combattre le bureaucratisme dans le processus révolutionnaire est tout aussi négatif que cesser de combattre l’ennemi par des phobies philosophiques paralysantes.

Je ne crois pas dans le cinéma préconçu. Je ne crois pas dans le cinéma pour la postérité. La nature sociale du cinéma exige une plus grande responsabilité du cinéaste. Cette urgence du Tiers Monde, cette impatience créative chez l’artiste produira l’art de cette époque, l’art de la vie de deux tiers de la population mondiale. Dans le Tiers Monde, il n’y a pas de grandes zones pour les élites intellectuelles, ni des niveaux intermédiaires qui facilitent la communication du créateur avec le peuple. Il faut tenir compte de la réalité avec laquelle on travaille. La responsabilité de l’intellectuel du Tiers Monde est différente à celle de l’intellectuel du monde développé. Si on ne comprend pas cette réalité, on est en dehors, on est un intellectuel en partie. Pour nous, cependant, Chaplin est un objectif, parce que son oeuvre est plein de talent et d’audace a touché de l’analphabète au plus cultivé, du prolétaire comme au paysan.

(Traduction : Ronnie Ramirez)

L’heure des brasiers – Fernando Solanas, Octavio Gettino (1968)

ARGENTINE – EN ENTIER – VOSTF (sous titres français, ou anglais, ou italiens en OPTION sur la vidéo : cliquer sur « cc » ) – 220 mn environ – 

CHEF D’OEUVRE !

« Tourné et diffusé clandestinement dans l’Argentine de la deuxième moitié des années soixante, L’heure des brasiers est très vite devenu un film culte dans son pays puis à l’étranger. Avec son style pamphlétaire, son cheminement proche du traité ou de l’essai, il constitue l’une des grandes références du documentaire militant ou engagé.

Fernando Solanas (Argentine) est autant  l’aise dans le documentaire (L’heure des brasiers,Mémoire d’un saccageLa dignidad de los nadies) que dans la fiction (Les fils de FierroL’exil de GardelSud…). Durant la dictature argentine, de 1976 à 1983, il a vécu en exil en France, jusqu’au retour de la démocratie dans son pays. » Eclats et soubresauts d’Amerique Latine.

Partie 1 : NEO-COLONIALISM AND VIOLENCE 

Contre le néocolonialisme et la dépendance de l’Argentine envers les États-Unis et l’Europe.

Partie 2 : ACT FOR LIBERATION

Chronique du péronisme. Et la troisième est une exaltation aux luttes de résistance et de libération.

Partie 3 : VIOLENCE AND LIBERATION 

Exaltation aux luttes de résistance et de libération.

Entretien par Gabriela Monelle avec Fernando Solanas, à propos du film :

Les statues meurent aussi – Alain Resnais, Chris Marker (1953)

EN ENTIER – 15 mn

Il fut commandité par la revuePrésence africaine.Partant de la question « Pourquoi l’art nègre se trouve-t-il au musée de l’Homme alors que l’art grec ou égyptien se trouve au Louvre? », les deux réalisateurs dénoncent le manque de considération pour l’art africain dans un contexte de colonisation. Le film est censuré en France pendant huit ans en raison de son point de vue anti-colonialiste.

DVD en vente à la librairie Présence Africaine 25 bis, rue des écoles 75005 Paris. « Quand les hommes sont morts, ils entrent dans l’histoire. Quand les statues sont mortes, elles entrent dans l’art. Cette botanique de la mort, c’est ce que nous appelons la culture. » C’est ainsi que commence ce documentaire controversé qui pose la question de la différence entre l’art nègre et l’art royal mais surtout celle de la relation qu’entretient l’Occident avec cet art qu’elle vise à détruire sans même s’en rendre compte. Ce n’est pas encore la vague indépendante, mais quelques prémices se font sentir dans ce film. Un saut dans le passé, une photographie du point de vue occidental.