L’an 01 – Jacques Doillon (1973)

France – EN ENTIER (9 parties) – 87 mn

« ON ARRÊTE TOUT ET ON RÉFLÉCHIT »

Le film est tiré de la série en BD L’an 01 de Gébé (1970), présentée et VISIBLE ICI

Avec Cabu, François Cavanna, Georges Wolinski, Gérard Depardieu, Miou-Miou, Gérard Jugnot, Coluche, Jacques Higelin, Christian Clavier, Thierry Lhermitte, Romain Bouteille, François Béranger, Jean-Paul Farré, Henri Guybet, Patrice Leconte, Daniel Prévost, François Cavanna, Professeur Choron, Stan Lee, Georges Wolinski, Gébé.

L’AN 01, ça commence d’abord par un pas de côté. Lorsqu’on est devant sa fenêtre, on ne voit plus alors que le mur ou, lorsqu’on est dans une queue, celle-ci ne passe plus par la caisse. Ça commence aussi par l’échange des cartes d’identité, donc des noms, des âges. Puis, c’est la démobilisation générale, on arrête tout. Les voitures évidemment, le travail aussi.

Dans la rue, enfin, on se parle. On a rien à se dire mais rien qu’à chercher de quoi on va parler, voilà les idées qui viennent. Pour certains, la Bourse de New York par exemple, c’est la catastrophe : il y a plein de capitalistes ruinés qui se jettent du haut des gratte-ciel. Mais on s’en fiche. Maintenant on a le temps : on cultive sur les trottoirs, on visite le musée des objets inutiles : tondeuses à gazon, cuisinières électriques caddies, luminaires ou métro. La propriété est abolie, on jette les clés, on ouvre tout. Il n’y a rien à voler puisque rien n’est à personne.

Et puis il y en a qui se trouvent des occupations : collectionner les billets de banque ou transformer en énergie le désir sexuel. Il y a aussi les conspirateurs qui cherchent les moyens de tout faire repartir, mais ils ne sont pas dangereux car leurs conciliabules sont retransmis en direct par la TV. On fait des manifs à vélo, on chante, on pense, on rit. On en avait ras-le-bol. Maintenant c’est l’An 01.

Publicités