L’ennemi – Zivojin Pavlovic (1965)

L’ennemi – Zivojin Pavlovic – 1965 – 80 mn

« L’ennemi bénéficie d’une structure narrative solide. Je l’ai revu il n’y a pas longtemps et il me semble que le film tient toujours, justement, grâce à ses qualités narratives. Je crois même qu’il devient meilleur en prenant de l’âge. (…) Un an après la fin du tournage, L’ennemi a été présenté à Pesaro. Bien que le film ait pratiquement été ignoré des structures officielles du festival, à son retour de Pesaro, Makavejev m’a raconté que Godard avait remarqué mon film et qu’il l’avait vu en compagnie de Bertolucci. Plus tard Bertolucci a réalisé La stratégie de l’araignée qui trait tout comme L’ennemi du double. Je n’ai pas assisté au festival, mais Makavejev m’a raconté que Godard l’avait abordé pour des renseignements sur le réalisateur de ce film. » (Zivojin Pavlovic, interview de 1984)

aff

Ex-soldat et ouvrier dans une imprimerie d’Etat (« Yugopress »), Slobodan Antic est partagé entre ses idéaux et son attirance pour la fille du directeur de l’imprimerie. Un homme identique se met à le suivre et peu à peu sa vie professionnelle et romantique devient de plus en plus confuse. L’affrontement ne tourne pas en sa faveur. 

Le film entier en VO non sous-titrée :

Parfois considéré à tort comme le premier long métrage réalisé par Zivojin Pavlovic, c’est en fait son premier à sortir sur les écrans. Il avait déjà réalisé Le retour en 1963 mais la sortie fut différée en 1966 car il dégageait une image « trop noire » avec le monde criminel de Belgrade et suivait un ancien détenu ne trouvant aucune aide dans la société. C’est ainsi que son second métrage n’est pas produit par une société serbe mais par la Viba Film, une structure d’Etat slovène créée en 1956 et établie à Ljubljana. Parmi l’équipe du film, il est à signaler la présence d’Aleksandar Pektovic comme chef opérateur. C’était un membre important du Cine-Club Belgrade où a également démarré Pavlovic qui y a réalisé son premier court métrage (voir ICI sur le blog pour ces débuts en Ciné-club, ICI une association Petkovic/Pavlovic sur un film collectif de 1962). Petkovic a travaillé avec des cinéastes comme Makavejev ou Aleksandar Petrovic. A ne pas confondre avec ce dernier qui a émergé à la même période, devenant un des plus célèbres artisans de la Vague Noire yougoslave (par exemple, réalisateur de J’ai même rencontré des tziganes heureux en 1967). Quant à Velimir « Bata » Zivojenovic dans le double rôle principal, c’est un grand acteur du cinéma yougoslave (décédé en 2016). Il participera à nombreux films de partisans dont La bataille de la Neretva en 1969 qui eut un écho international, soit un type de cinéma officiel dont la Vague Noire se détache ou qu’elle traite avec une composante critique dégagée du récit héroïque. Zivojenovic a été récompensé de l’Arena d’or à l’édition 1965 du Festival de Pula (Croatie) pour ce film et pour Tri d’Aleksandar Petrovic. Il a aussi tourné parmi les films les plus réussis d’Aleksandar Petrovic (J’ai même rencontré des tziganes heureux, Tri, Il pleut dans mon village, Le Maître et Marguerite). Je n’évoque pas ici son parcours politique, plus récent.

« Comment se fait-il qu’un russe, Lev Nikolayevitch [Tolstoï], semble nous parler du monde irréel des contes, tandis qu’un autre, Fiodor [Dostoïevski], nous fascine de plus en plus avec sa vérité ? »

Zivojin Pavlovic

Image du film – Le double

double

 

L’ennemi est une adaptation du roman Le Double de Dostoïevski. Bien que relativement conventionnel par rapport à à l’esthétique de la suite de sa filmographie, ce film témoigne déjà d’un attachement au réalisme noir. Notamment lorsqu’il s’attarde sur la marge du lieu de travail (tel la fin funeste de deux noyés), par des rapports humains peu glorieux et autres éléments contrariant le tableau. Certaines séquences de plein air  – mes préférées – annoncent la prédilection pour les lieux désolés à venir (quoique le premier court métrage de Pavlovic Tryptique sur la matière et la mort révèle déjà ce penchant en 1960), y compris dans les films d’autres cinéastes yougoslaves du Novi Film (nom originel de la Vague Noire yougoslave, davantage une tendance cinématographique qu’un mouvement).

Extrait – Antic tombe sur un camarade bourré

 

Le prochain film de Pavlovic sera Le Réveil des rats (relayé ICI sur le blog). 

Encore une fois, la version proposée sur internet est de qualité image et sonore médiocre (il y a même un léger décalage). Par contre le crépitement du support n’est pas pour déplaire. Pour ce qui est du sous titrage, la combine est de télécharger le film et d’y joindre des sous-titres (en général anglais) qui ont tendance à exister pour ces films yougoslaves de la Vague Noire. Des conditions de visionnage médiocres mais qui permettent de découvrir toujours un peu plus cette période du cinéma yougoslave …

Advertisements

3 réflexions sur “L’ennemi – Zivojin Pavlovic (1965)

  1. Pingback: Le réveil des rats – Zivojin Pavlovic (1967) | citylightscinema

  2. Pingback: Danse sous la pluie – Bostjan Hladnik (1961) | citylightscinema

  3. Pingback: Les gouttes, les eaux, les guerriers – Pavlovic, Babac, Rakonjac (1962) | citylightscinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s