Devičanska svirka et Sticenik – Djordje Kadijevic (1973)

Djordje Kadijevic – Deux films pour la RTB (Radio Télévision Belgrade) – Yougoslavie/Serbie – 1973

Après son premier long métrage Praznik (1967) lié au genre « film de guerre » mais fascinant malgré l’absence de sous-titres qui en limite la lecture politique, Kadijevic a ensuite enchaîné avec une oeuvre en partie tournée vers le fantastique, l’étrange sans que la part d’irrationnel soit en rupture avec le réel. Ce parti-pris du cinéaste rend l’atmosphère d’autant plus inquiétante, à l’image de Leptirica (1973), premier film d’horreur du cinéma yougoslave (relayé ICI sur le blog). En fait Leptirica s’inscrivait dans une série de téléfilms d’épouvante/horreur produits par la RTB (Radio Télévision Belgrade) dont trois furent réalisés par Kadijevic et deux autres par Branko Plesa. Cette même année 1973 Kadijevic a donc tourné deux autres téléfilms qui entrent dans ce corpus « étrange » du cinéaste. Malgré leur durée courte (moins d’une heure chacun), leur découverte reste marquante ou du moins exerce une certaine fascination le temps du visionnage. Il y a de quoi s’interroger sur ce « triptyque » réalisé en une année, avec des moyens à l’évidence limités et dont le caractère étrange voire malsain est renforcé par la qualité médiocre des copies circulant sur internet (liens-ci dessous, hâter le visionnage avant leur disparition de la toile !). J’ai vu chacun de ces films à une heure avancée de la nuit et malgré quelques bâillements de fatigue le regard ne pouvait se détacher de l’écran.

Pour la plupart de ses films (Praznik, Pohode…) et téléfilms Kadijevic a bénéficié du concours de l’excellent chef opérateur Aleksandar Petkovic, un artisan de la Vague Noire yougoslave. Mais pour les trois réalisations de 1973, d’autres contributeurs communs s’y distinguent : Branko Ivatovic à la photographie et Milan Trickovic à la musique, deux aspects qui contribuent activement à leur atmosphère inquiétante. A noter que Kadijevic n’a pas suivi de cursus cinématographique et qu’en parallèle à sa carrière de réalisateur il enseigne l’histoire de l’art.

1) Devičanska svirka (titre anglais : Virgin’s music) – 1973 – 56 mn

Synopsis : Le jeune homme Ivan voyage en charrette et s’arrête vers la fin du jour à un village, près d’un château isolé et considéré hanté par les habitants. Le cocher ne veut pas l’emmener plus loin…

FILM INTÉGRAL en VO sous-titrée anglais

Le personnage féminin principal Sibila est interprété par la charmante Olivera Katarina, chanteuse et célèbre actrice du cinéma yougoslave. Par exemple elle est l’héroïne de J’ai même rencontré des tsiganes heureux (1967) d’Aleksandar Petrovic où elle interprète la chanson tsigane Djelem Djelem. Elle a également joué dans le film d’horreur Ouest-Allemand Mark of the devil (1970) dont la violence suscita à la fois slogan publicitaire et polémiques. L’histoire de Devičanska svirka est peu développée et intéressante, et la compréhension des dialogues sous-titrés n’est vraiment pas indispensable. En revanche l’atmosphère subjugue, à l’image du climat sonore qui revient périodiquement et occupe un élément central du film. La photographie est également excellente (malgré la copie de qualité médiocre). En tout cas, voir cela à une heure tardive de la nuit fut une bonne expérience.

2) Sticenik (Le protégé) – 1973 – 42 mn

Synopsis : Un jeune homme terrifié fuit un homme mystérieux vêtu d’une cape noire et d’un chapeau melon. Il se réfugie dans un l’hôpital psychiatrique où le médecin prend soin de lui. L’homme mystérieux reste dans les parages.

  • FILM INTÉGRAL en VO sous-titrée espagnole :

  • FILM INTÉGRAL en VO non sous-titrée mais de meilleure qualité :

C’est une adaptation d’une nouvelle (« Michael et son cousin ») du recueil A well in the dark woods publié en 1964 par Philip David.

« Le thème central, dans chacune [de ces nouvelles], concerne l’incapacité de l’homme à transcender les limites terrestres et à pénétrer dans l’au-delà. (…). Les histoires de cette collection parlent de fascination pour «le côté obscur» et d’incapacité à résister aux ténèbres métaphysiques (…) « Michael et son cousin » tombe également dans ce cercle thématique car il traite de l’incapacité d’échapper à son destin. L’histoire de David n’est que de neuf pages imprimées »

Dejan Ognjanovic, site internet The Temple of Ghouls (un bon site à parcourir, aux textes rédigés par ce critique serbe spécialiste de la littérature et du cinéma d’horreur). 

Là encore l’histoire est minimaliste, sans effets spectaculaires à part un ou deux passages à la tension plus marquée. C’est avant tout l’atmosphère qui subjugue, tirant à l’abstraction. Il n’y a pas d’explication quant à l’homme à la cape noire et les suppositions métaphoriques peuvent aller bon train (incarnation de la mort ? du diable ? du destin ?). Là encore, je ne saurai que recommander voir ce film à une heure tardive de la nuit…

Publicités

Leptirica – Djordje Kadijevic (1973)

Djordje Kadijevic – Leptirica – 1973 – Yougoslavie (Serbie) – 62 mn

C’est un vrai défi de montrer une image accompagnée de son et de créer l’illusion de scènes de la vie réelle tout en traitant des thèmes essentiellement irrationnels. (…) Je ne veux pas d’excuse ni d’explication pour l’irrationnel. Vous savez, nous sommes une nation bien adaptée à la fantaisie, au mystique. Nous sommes des gens de l’Est. Et nous avons un sens plus profond et une aspiration à la dimension métaphysique des choses que les hommes occidentaux. Si vous prenez le folklore slave comme base, il y a beaucoup d’histoires fantastiques et terrifiantes. Si vous considérez nos anciennes croyances païennes slaves peu connues et à peine étudiées, ou si vous considérez notre mysticisme médiéval, les croyances manichéennes, bosniaques et bogomiles, nous sommes parmi les gens les plus mystiques d’Europe.

Djordje Kadijevic (interview en 2010)

 

Leptirica (« Papillon« ) est le premier film yougoslave à aborder le thème du vampire et se présente aussi comme un film pionnier de l’épouvante/horreur en Yougoslavie. Il s’agit plus précisément d’un téléfilm réalisé pour la RTB (Radio Télévision Belgrade, fondée en 1958) et qui n’a jamais été diffusé hors Yougoslavie. Nullement restauré, ce téléfilm rare est de nos jours visible soit par le biais d’une édition DVD serbe, soit grâce à une version de qualité moyenne qui circule sur internet (You Tube, Veoh etc).

Un jeune homme veut épouser la charmante fille d’un propriétaire foncier qui refuse d’accorder le mariage. Pour prouver sa valeur, le jeune homme devient meunier dans un moulin local infesté d’un vampire.

Pochette de la seule édition DVD de ce téléfilm rare :

 

En adaptant une nouvelle serbe de Milovic Glisic écrite en 1880 (traduite en anglais vers 2015), cette oeuvre se démarque du traitement occidental par un enracinement dans le folklore traditionnel serbe. Glisic a traduit des écrits de Nicolas Gogol, une proximité entre l’auteur littéraire et l’écrivain russe qui explique sans doute la présence satirique dans le film qui contraste avec des passages nettement plus inquiétants. L’histoire s’appuie sur une légende serbe du 18ème siècle située dans le village de Zarožje, extrême ouest de la Serbie. C’est également au début du 18ème siècle que prennent naissance les premières mentions de vampire en Serbie, telle la légende de Peter Plogojovitz qui donna lieu à la première apparition du terme « vampire » dans un rapport officiel rédigé en autrichien et dont les événements se déroulaient dans un secteur serbe frontalier avec la Hongrie mais sous domination autrichienne. La nouvelle de Glisic évoque la figure de Sava Savanovic, un riche paysan autrefois beau et fort mais qui devint amer lorsque dans un âge avancé une belle jeune femme du village repoussait ses avances. Savanovic la tua puis les villageois le frappèrent jusqu’à ce que mort s’ensuive. Il devint un vampire. Outre l’aspect romanesque, le texte de Glisic se distingue historiquement en intégrant le folklore (telles des expressions langagières issues du milieu rural) et les origines serbes de la mythologie vampirique.

Couverture de l’édition anglaise de la nouvelle de Milovic Glisic :

 

Le cinéaste serbe Djordje Kadijevic a réalisé son premier long métrage Prazik (The feast) en 1967, un film fascinant que je recommande et qu’on peut parfois trouver sur internet bien que dépourvu en sous-titrage (cela gâche un peu la réception du film quand on ne comprend pas un mot de serbe mais pour ma part le visionnage a tout de même représenté une bonne surprise !). Film situé durant la 2ème guerre mondiale et évoquant une trahison des Chetniks (des résistants à l’occupation nazie fidèles à la royauté yougoslave et opposés aux Partisans), dans un premier temps la thématique de Praznik annonce un film très articulé au cinéma de guerre dominant dans le cinéma yougoslave de l’ère Tito (films de partisans etc). Mais le film nous surprend en intégrant un personnage bourreau relevant du démoniaque qui créée aussi une atmosphère d’épouvante, annonçant là des œuvres futures du cinéaste.

Extrait de Praznik (The feast), Djordje Kadijevic 1967 :

 

Avec Leptirica, on retrouve cette forme de continuité entre une approche réaliste et le surgissement de l’irrationnel, là encore en milieu rural.

En attendant d’autres découvertes du cinéaste qui m’a vraiment surpris sur les deux films que j’ai pu voir à ce jour, voici le commentaire d’un internaute que j’ai glané sur le net à la suite de l’extrait d’une interview anglophone avec Kadijevic :

 » « Nous sommes des gens de l’Est. Et nous avons un sens plus profond et une aspiration à la dimension métaphysique des choses que les hommes occidentaux »(Djordje Kadijevic). 

C’est quelque chose que comme « occidental » j’ai particulièrement remarqué dans le cinéma d’Europe de l’Est et de Russie. La prémisse de nombreux films d’horreur / science-fiction / fantastiques occidentaux est l’invasion de l’«Autre» dans la réalité normale, l’éruption de l’irrationnel et du surnaturel comme une rupture du schéma normal des choses … Les films d’Europe de l’Est et de Russie tendent à présenter l’étrange « Autre » dans le cadre d’un continuum avec la réalité normale, pas comme une «rupture». Le sens du fantomatique, du mystique et du « surnaturel » semble être plus accepté que dans le cinéma occidental … mais peut-être que mon système de croyances occidentales impose un sens à un récit que je ne comprends pas complètement (je le vois dans les « lectures » occidentales du cinéma communiste où tout est « propagande » ou « subversif » « comme si ce sont les deux seules lentilles par lesquelles on peut regarder en étudiant ces films »).  » (Commentaire d’un internaute, site internet Temple of the Ghoule).

Film intégral en VO (en VO sous-titrée anglais sur le site Veoh ICI) :

PS : pour la petite anecdote, le mythe du vampire a été relancé localement à Zarožje lorsqu’en 2012 le toit du moulin dont il est question dans le film s’est écroulé. Nuls travaux n’avaient été entrepris par les propriétaires du moulin depuis l’acquisition dans les années 50, par peur de perturber le refuge du vampire Sava Savanovic. Après écroulement du toit, il y a eu toute une stratégie touristique locale pour relancer le mythe autour du vampire appelé à errer dans la région. De nombreux sites internet relaient cette opération touristique …

Blue movie – Alberto Cavallone (1978)

Italie – EN ENTIER – VO sous titrée anglais – 80 mn

Alberto Cavallone est une figure importante du cinéma bis italien des années 70, ayant réalisé peu de films ( moins d’une dizaine) mais aux parti pris extrêmes et violents vis à vis de la société occidentale : colonialisme (il fréquenta Frantz Fanon à l’université et son film Le salamandre semble être sans aucune concession, réalisé en 1969 en Tunisie, son premier film !), consommation, culture, sexualité… Cavallone emploie des formes proches du surréalisme parfois, et n’hésite pas à sortir des sentiers battus. Il finit sa carrière avec du porno, par nécessité et sous un pseudo, tandis que son dernier projet Internet story est inabouti, décédant avant sa réalisation. Une page lui est consacrée sur un site internet spécialisé quant au bis/extrême italien : c’est ici sur Maniaco-deprebis (accepter l’entrée au préalable pour public averti).

Les films de Cavallone sont peu édités en VHS-DVD, et surtout pas en France ! Il semblerait que Blue movie soit l’un des rares édités, avec sous titres anglais. Réalisé en 1978, il n’est pas sans rappeler Sweet movie de Dusan Makavejev (ICI sur le blog), ou encore le Salo (1975)  de Pasolini. Il eut un bon succès en salles à sa sortie manifestement, mais il a subi depuis des coupes. Plusieurs versions en auraient découlé, avec absence et réduction de scènes sexuelles (pornos). Ca enlèverait beaucoup au film, d’autant plus que l’usage du porno chez Cavallone ne répond pas à un usage banal et à visée commerciale; au contraire il détestait le film érotique/sexy en vogue contre lequel Blue movie répond en partie, et en voyait toute la récupération commerciale de la société de consommation. A signaler que ce film était apparemment celui dont était le plus fier Cavallone, bien que réalisé avec très peu de moyens. 

Une jeune femme, Silvia, fuit des violeurs et se fait prendre en voiture par un photographe, Claudio, qui l’emmène chez lui. Il a une modèle qui lui obéit dans son appartement, Daniela, devenant peu à peu un véritable objet – l’actrice est Dirce Funari, alors ayant peu tourné et future actrice fétiche de Joe D’Amato; elle  fut marquée par le tournage qu’elle détesta…  Une troisième femme, Leda, sans abri, se retrouve chez Claudio. Silvia développe des hallucinations/fantasmes sexuels. Les trois femmes sont isolées avec Claudio dans l’appartement, et seul un black homo s’y rend de temps à autre. 

Le film me fait penser à Bunuel, tel Belle de jour par exemple pour ce qui concerne les scènes ambiguës au regard de la réalité (rêve ? fantasme ? cauchemar ? réel ?). Le registre des images est flou. Peu à peu le film s’enfonce aussi dans l’enfer et j’en comprend mieux les rapprochements faits avec le dernier film de Pasolini. Une vraie curiosité à voir, dont la version ici présente n’est pas non plus hyper choquante visuellement (y a t il eu beaucoup de coupes ?). Le malaise est davantage produit par les notions floues de réalité, de l’enfermement des différents personnages, d’une réification des corps. Le montage glisse également des inserts déconcertants  (images des camps de concentration etc), qui en disent long sur le point de vue de Cavallone sur la société moderne (Makavejev utilise un procédé similaire dans Sweet movie), tandis que le début du film associe prise d’images et balles de guerre ! Il y a également des notes d’humour (le cercle de production/consommation est sérieusement ironisé dans l’ultime partie concernant la merde et la clope). Le film s’achève comme un cauchemar sans que le degré de réalité soit définissable : l’enfer est là, mais surtout dans le registre mental. Les frontières sont brouillées, et c’est sans aucun doute volontaire. Cavallone s’est beaucoup revendiqué de Sade et Bataille pour ce film…

Sweet movie – Dusan Mekavejev (1974)

EN ENTIER – Version italienne non sous titrée – 98 mn

Avec Carole Laure, Pierre Clementi, Sami Frey…

Vecteur.be« La nouvelle Miss Monde se voit offrir comme récompense son propre mariage avec un riche homme d’affaire. Apeurée par la manière dont elle est traitée par son futur mari lors de leur premier rendez-vous, elle fuit. Sa course infernale la mènera à une communauté aux mœurs assez légères. Pendant ce temps, un bateau remplit de friandises descend la Seine. Une jeune femme charme de nombreux partenaires à bord de ce navire surplombé d’un portrait de Karl Marx. Elle ne se contente pas d’assouvir les pulsions de ses multiples conquêtes. Elle assassine également ses proies les unes après les autres. Sweet Movie remet brutalement en question nos mœurs occidentales. Nos rapports sociaux, nos fondements socio-économiques et même notre sexualité n’échappent pas à la subjectivité de Dusan Makavejev. Son regard critique a valu à ce long-métrage d’être banni ou recoupé dans de nombreux pays. »

Je glisse un extrait d’une rapide chronique de Shangols à propos de ce film… :

« Makavejev veut choquer le bourgeois et il sort l’artillerie lourde: scène de bouffe bien dégueulasse (se cracher les aliments à la gueule, jamais essayé – pas tenté non plus (bon attendez et là je commence, ça va toujours crescendo…)) qui n’a rien a envier à Marco Ferreri, enchaînée avec des vomissures qui m’ont un peu coupé l’appétit, je l’admets volontiers, et pis quelques petites scènes scato  (ouais chier dans des assiettes, est-ce vraiment raisonnable? Faut bien s’assurer de sa compagnie quand même) pour parachever et vous mettre l’eau à la bouche… »

Cafe flesh – Stephen Sayadian (1982) // Boogie nights – Paul Thomas Anderson (1997)

USA – EXTRAITS

Voilà un film complètement inouï, un véritable OVNI. Signé à la base par le pseudonyme Rinse Dream, je le découvris très tard dans la nuit et je me pris une véritable claque alors. Intrigué par un rapide écho, je ne savais pas sur quelle oeuvre j’allais tomber. L’atmosphère de science-fiction dégagée, le propos noir sur la sexualité et les corps du « futur » après une apocalypse nucléaire, les imageries hallucinantes, la BO qui est dingue tout à fait en phase avec les images… Classé « pornographique » (il me semble), le film n’est pas un porno tel qu’on peut l’entendre aujourd’hui. C’est au contraire, de ce point de vue, comme une mise en abîme du porno, une vision annonçant le devenir du cinéma porno, et la réification notamment des corps, ce cinéma relégué dans le marché vidéo et les « oeuvres » pauvres véhiculées (Café flesh aura ceci dit un grand succès sur le marché de la vidéo !). On peut y voir comme une annonce, avec le recul d’aujourd’hui, de l’industrialisation de cinéma, autrefois clandestin mais plus imaginatif, créateur, avec son lot d’exubérances; les années 80 sont en effet le tournant conduisant à l’explosion de la vidéo et du porno amateur, ainsi qu’aux réseaux de diffusion de plus en plus mercantiles, contribuant à une production de masse.  La sexualité vivante disparaît, elle est devenue fonctionnelle, hiératique, froide. Pour ce qui est de la production visuelle, c’est le règne de la standardisation, de la répétition clinique du désir et du plaisir.  

Nous sommes dans le film avec une démonstration du corps qui n’est plus que mécanique, où le désir et le plaisir sont comme un mythe perdu. L’imaginaire libre semble absent du désir qui est imposé par des saynètes incroyables : le désir et le plaisir sont possédés et monopolisés par le « spectacle » des saynètes, devant des spectateurs morts-vivants. Le public « fantasmant » devant celles-ci en dit en effet beaucoup; c’est comme un voyeurisme impuissant devant un sexe laid, effrayant, froid, dégageant peut être une critique de la misère sexuelle, où la marchandisation a fait ses dégâts. Y a t il peut-être comme une virtualisation extrême du rapport du spectateur-public dans le film/spectateur des films (derrière les écrans de T.V etc) au sexe, désir et plaisir, dépendant du statut réifié de la sexualité, contrôlée de A à Z par le nouveau registre des images standardisé ? J’extrapole peut être, mais ce film m’a donné de telles sensations alors. Peut être devrais-je le revoir une seconde fois, et davantage apprécier aussi un second degré, où l’humour n’est pas absent; je pourrais peut être dépasser la fascination de la première vision éh éh. En voir d’autres aspects aussi. Car il y a des imageries recherchées, dans un décor space. Car le film n’est pas que « porno », c’est aussi un climat futuriste, hors-normes, se prêtant à diverses réceptions et ressentis, à coup sûr ! Véritablement un OVNI. 

Deux suites ont été réalisées à ce premier opus, mais il semblerait qu’elle n’aient plus rien à voir… 

Je vous renvoie aussi à cette chronique du très bon site Devildead, fertile en inspirations de films à tenter de voir, souvent méconnus (conseil de cinéphile). 

Deux extraits disponibles, dont surtout le premier, qui est l’ouverture du film. Superbe moment que cette amorce de la première saynète… de quoi vous intriguer, j’espère. Car encore une fois mes impressions données en introduction de ces extraits ne visent nullement à réduire ce film à ces aspects !

 

En parallèle, pour ce qui relève du cinéma porno des années 70 et 80, je renvoie inévitablement à un film de fiction du cinéma indépendant américain, fort réussi, de Paul Thomas Anderson : Boogie nights (1997). Un film qui peut se voir en partie comme une vision documentaire de ce cinéma, entre plaisir, bas-fonds, kitsch et industrialisation croissante, avant l’arrivée de la vidéo (une industrialisation du plaisir annonçant le tournant des années 80 ?). Car c’est encore le Cinéma avec des tournages « rigoureux » (si je puis dire). Peu à peu les personnages, très attachants  (Mike Wahlberg dans le rôle principal, mais aussi Julianne Moore !), se dégagent subtilement, se complexifient (un côté social d’ailleurs émerge) et le film est un véritable petit bijou. Réflexif, drôle, dramatique et évoquant donc un certain porno, sans tomber dans le potache à tout va, et avec pour ce qui nous intéresse ici le déclin annoncé de ce cinéma… Le film ne juge jamais ce cinéma en fin de compte et laisse au spectateur en faire son impression. Il lui donne juste visage humain et social, sans jamais tomber dans la caricature négative, ni l’apologie et surtout évite donc tout moralisme ! Quant aux années traversées, la BO est bien choisie, aspect non négligeable de la réussite du film. Bref une oeuvre qui garde trace et témoigne donc d’un certain cinéma disparu, et le premier GRAND film de Paul Thomas Anderson, réalisateur américain contemporain que je trouve incontournable (Magnolia, There will be blood etc)…

Extraits :

Trailer (VOSTF) :

 

Ouverture :

 

Scène de la fête dans le « milieu »: 

 

Scène terrible :

Les conspirateurs du plaisir (Spiklenci slasti) – Jan Svankmajer (1996)

République Tchèque – EN ENTIER – Sans dialogues – 82 mn

 

Présentation sur Angles de vue   
 
« Il s’agit d’une exploration sans parole (le film n’est pas muet puisque les bruits et les musiques sont là) des styles de vie érotique de six personnages, de condition différente, mais vivant tous dans le monde moderne d’après la révolution de velours de 1989. La divulgation au compte goutte de l’intimité la plus profonde de chacun d’eux crée un suspens irrésistible. La quête du plaisir est représentée par une série d’actions concrète qui s’apparentent à un bricolage dont on ne comprend d’abord pas les tenants et les aboutissants. Chacun des personnages est en effet en quête de divers objets matériels qu’il se procure de toutes les manières possibles et qu’il assemble à sa guise. Au terme d’un travail manuel méticuleux, les différents objets se révèlent être des « machine à plaisir » dont l’utilisation, dans un délire surréaliste, traduit l’épaisseur d’une vie intérieure riche en manies et en fantasmes.  Si dans tout cela rien ne transparaît qui soit racontable, c’est parce que justement, pour l’une des rares fois, le langage de l’image est porté à son point culminant, ce qui le rend peu traduisible en mots.

 Cette œuvre évoque pour moi la corruption de la vraie communication entre les êtres que les moyens techniques de la civilisation capitaliste ont induite. Plus que l’illustration de recherches artistiques ou d’une sensibilité surréaliste, ce film met en scène l’extraordinaire gâchis du plaisir humain au sein de la broyeuse machine économique moderne. »